Les animaux de compagnie représentent de réelles partenaires de vie, capable de nous procurer bonheur et réconfort. Nous devons également faire preuve d’une affection réciproque à leur égard. Cela passe non seulement par l’entretien, mais aussi par l’alimentation. Mais comme vous pouvez le deviner, certains comportements ne sont pas recommandés dans l’alimentation de ces infatigables compagnons. Voici donc 5 erreurs que vous devez absolument éviter.

Ne pas prendre soin des récipients d’alimentation !

Tout comme l’homme, les animaux ont besoin de l’hygiène alimentaire. L’une des plus graves erreurs que nous commettons consiste à négliger l’hygiène des aliments pour animaux. Une gamelle mal entretenue représente une source de bactéries capables d’intoxiquer votre animal. De même, si vous achetez une quantité importante de nourriture (ce qui n’est pas recommandé), celle-ci peut être contaminée lors du stockage. Évitez d’utiliser des sacs bon marché qui sont souvent de mauvaises qualités pour le stockage, mais opter pour un sac de stockage adéquat. Pour une meilleure hygiène de l’aliment, pensez donc à respecter les consignes suivantes :

  • toujours conserver les aliments au réfrigérateur ou dans un récipient à couvercle,
  • éviter de laisser des restes d’aliments non consommés par votre animal dans sa gamelle au-delà de 3 heures,
  • il faut toujours nettoyer la gamelle après chaque repas.

En respectant ces différentes consignes, vous avez l’assurance de nourrir votre animale dans de très bonnes conditions d’hygiène. Cela vous met, vous et votre compagnon, à l’abri de toute contamination due à l’hygiène alimentaire. Mais pour une protection plus accrue, il est nécessaire que l’aliment que vous proposez à votre animal soit sain et de bonne qualité.

Ne pas tenir compte de l’avis de votre vétérinaire pour choisir les aliments

Le choix des aliments répond à des critères bien définis. Vous devez tenir compte aussi bien de l’âge, de l’activité, que de l’état de santé actuelle de votre animal. Pour cela, l’avis du vétérinaire se révèle très utile dans le choix des aliments. Si vous avez fait l’option de la croquette par exemple, nous vous recommandons de choisir une marque qui tient compte de l’apport nutritionnel nécessaire à votre animal. Pour cela, nous vous recommandons de voir la gamme Royal Canin, une gamme d’aliments avec des compositions adaptées aux besoins des chats et des chiens ainsi que des gammes thérapeutiques vétérinaires pour ceux qui sont malades. Évitez les aliments généralistes et bon marché qui peuvent être source de déséquilibre alimentaire pour votre animal. Dans le cas où vous choisiriez de nourrir votre animal avec des aliments naturels, vous devez aussi en discuter avec votre vétérinaire. Mais déjà, retenez que certains aliments naturels sont néfastes pour la santé de votre animal. On peut citer notamment :

  • la viande de porc ou d’agneau, car elle est très riche en graisse et risque d’affecter le foie de votre animal les poissons (gras ou de rivière) qui représentent de véritables nids de parasites
  • l’oignon, souvent responsable d’anémie hémolytique chez les chiens et les chats.

Il n’est pas non plus prudent d’alterner aliment naturel et croquette pour votre chien, votre chat ou votre cochon d’Inde. Cela risque de perturber son appareil digestif.

Ne pas respecter le ratio quotidien prévu par le vétérinaire

En tenant compte de l’âge, le poids, l’état de santé et un certain nombre d’autres paramètres, le vétérinaire vous recommande un ratio quotidien pour chaque type d’aliment. Faites donc en sorte de respecter ces recommandations pour le bien-être de votre compagnon. Prenez garde que votre générosité envers lui aille dans le sens de lui donner plus qu’il n’en faut. Un tel comportement aura un effet direct sur le poids de votre animal qu’il peut rendre obèse. Cependant, évitez de trop l’affamer. Un animal affamé peut vite devenir agressif et pourrait faire des bêtises. Votre chien peut même s’attaquer à vos meubles ou au sac poubelle pour le débarrasser de son contenu. Vous devez donc le nourrir correctement en tenant compte des prescriptions du vétérinaire. Dans le cas d’une absence, assurez-vous que votre chien ait déjà mangé.

Donner à votre animal les restes ou une partie de vos nourritures

Les animaux disposent d’un système digestif différent du nôtre. Comme on nous l’avait appris au primaire, le chat est un carnivore alors que l’homme est un omnivore. Un chat ne peut donc pas tout consommer comme nous. La composition de leur suc gastrique ne leur permet pas toujours de digérer les aliments que nous consommons. Mais à force de les aimer, nous en arrivons souvent à nous confondre à eux, et même à partager avec eux nos repas. Bien que ce geste d’amour soit tout à fait compréhensible, il ne rend pas pour autant service à votre animal. Ce dernier sera sans doute heureux le temps d’une bouchée, mais il ne tardera pas à ressentir des malaises. Évitez donc de donner des aliments qui vous sont destinés à votre animal. De même, vous ne devez pas donner des bonbons ou des friandises à vos animaux. Ces aliments peuvent se révéler très dangereux pour votre animal s’il en abuse. A-t-il réalisé une prouesse ou vous a-t-il impressionné de manière particulière ? Vous pouvez le récompenser autrement. Un câlin ou un simple cadeau pour les fêtes suffit pour témoigner votre affection à votre animal de compagnie. Il existe à cet effet plusieurs idées de cadeau pour chien et pour chat que vous pouvez découvrir.

Varier les aliments que vous proposez à votre animal

Comme nous l’avons déjà dit dans le paragraphe précédent, l’organisme de nos animaux de compagnie ne fonctionne pas tout à fait de la même manière que la nôtre. Ce qui est bon pour l’alimentation de l’homme ne l’est donc pas forcément pour celle des animaux. Si une alimentation variée est recommandée chez l’homme, ce n’est absolument pas le cas chez les animaux. L’essentiel dans leur alimentation, c’est plutôt qu’elle soit équilibrée. Votre chien ou votre chat peut en effet toujours consommer les mêmes croquettes durant des années, à la condition bien sûr qu’elles disposent d’une bonne composition. Le mal serait de procéder à un changement brusque d’aliment. Bien qu’il soit possible, ce changement doit être progressif. L’organisme de votre animal a besoin d’une période transitoire de 2 semaines pour s’adapter à ce nouveau venu. En effet, leurs tubes digestifs sont peuplés d’un ensemble de bactéries, de virus et de champignons qui constitue la flore intestinale. Tout comme chez l’homme, elle détient un rôle déterminant dans la digestion des aliments que nous consommons. Contrairement à notre flore intestinale qui s’adapte plutôt vite à un changement de régime, celle des animaux a besoin du temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here